fbpx
Aller au contenu

Le rejet de la dernière licence d’exploration au large des côtes en Nouvelle-Écosse ouvre la voie à un moratoire

Le Conseil des Canadiens salue le veto et renouvelle son appel en faveur d’un moratoire sur les activités au large des côtes.

Mi’kma’ki / Nouvelle-Écosse – Le Conseil des Canadiens loue la récente décision prise par les gouvernements de la Nouvelle-Écosse et du Canada visant à rejeter une licence d’exploration pétrolière et gazière au large des côtes. Après des années d’influence indue des grandes sociétés sur le processus de réglementation du secteur, cette décision ne laisse plus aucun appel d’offres ou bail au large des côtes dans la province, ce qui crée un moment opportun pour l’imposition d’un moratoire sur tous les forages et explorations au large des côtes.

« C’est une très bonne nouvelle », a déclaré Marion Moore, membre du chapitre de la rive sud du Conseil des Canadiens et résidente de Lunenburg. « Alors que les leaders mondiaux du climat revendiquent depuis des années la fin de l’exploration et de l’extraction des combustibles fossiles, cette décision montre que les gouvernements canadiens entendent enfin ce message ».

En tant que membre de la Nova Scotia Offshore Alliance, le Conseil des Canadiens fait campagne en faveur d’un moratoire sur le forage et l’exploration au large des côtes en Nouvelle-Écosse depuis 2016.

« Cela témoigne des efforts collectifs de milliers de personnes à la grandeur du Canada qui ont œuvré pour arrêter l’expansion des combustibles fossiles et obtenir d’importantes mesures climatiques », a déclaré Robin Tress, co-directrice exécutive du Conseil des Canadiens. « Nous sommes heureux de constater que nos gouvernements prennent des décisions fondées sur la science climatique et agissent dans l’intérêt public, malgré la pression intense exercée par les grandes sociétés du secteur des combustibles fossiles ».

L’arrêt d’hier mets un veto à la décision récemment prise par l’Office Canada-Nouvelle-Écosse des hydrocarbures extracôtiers (OCNÉHE) à l’effet d’octroyer à Inceptio Ltd.des droits sur une parcelle de fonds marins en eaux peu profondes près de l’île de Sable. Ce veto intervient après des années d’efforts de la part de l’OCNÉHE pour réduire les risques liés à l’exploration au large des côtes grâce à de vastes projets de cartographie et de tests sismiques, alors même que des géants pétroliers mondiaux comme BP et Equinor ont perdu tout intérêt pour l’exploration au large des côtes de la Nouvelle-Écosse.

Le Conseil des Canadiens salue l’arrêt de mettre un veto à la décision prise par l’OCNÉHE, et appelle les deux paliers de gouvernement à reconnaître que le moment est venu de décréter un moratoire total sur le forage et l’exploration au large des côtes.

« Il n’y a pas d’avenir pour les activités au large des côtes en Nouvelle-Écosse et nous avons consacré suffisamment de temps et d’efforts à soutenir cette industrie en voie de disparition. Nous exhortons les ministres et l’OCNÉHE à réorienter toute leur attention et leurs ressources vers la décarbonisation et le développement responsable des énergies renouvelables », explique Mme Tress.

Étiquettes: